Haut-Uele : la ligue des jeunes de Faradje dénonce « de violations massives de droits humains » que s’apprête à perpétrer le gouverneur de province,le Dr Jean-Pierre Lola Kisanga.

Dans sa lettre du 14 Mars 2019 adressée au Procureur Général près la cour de cassation de Kinshasa – Gombe accompagnée d’une pétition en circulation depuis le 19 mars courant ; la ligue des jeunes de Faradje (l’un des six territoires de la province du Haut-Uele) allègué une opération en préparation prônée par le gouverneur de province, le Dr Jean-Pierre Lola Kisanga, laquelle est consacrée par son arrêté nº 01/JPLK/029/CAB/PROUGOU/H-U/2019 créant une commission chargée d’exécuter les travaux de remblayage des ouvrages miniers creusés par des « exploitants illégaux » dans le périmètre minier de Kibali Gold Mines Sud en territoire de Faradje.
Ce mouvement de la société civile demande au Procureur Général de faire ce qui est à son pouvoir afin que les droits des premiers occupants de l’actuel périmètre minier de Kibali Gold Mines soient respectés.
Mise en circulation depuis le 19 mars 2019 pour la même cause, une petition initiée dans le paysage de la société civile de ce territoire reproche au PDG de Barrick, opérateur de la mine d’or de Kibali l’intention d’éliminer de la face de la terre Congolaise l’exploitation aurifere artisanale et semi industrielle.
Les initiateurs reprochent également à Mark Bristow, le PDG de Barrick le  » fait d’avoir obtenu de la part du gouverneur de province le 20 février 2019 un arrêté provincial » qui se place dans la logique d’ « incendier les investissements au motif très discutable qu’ils seraient illégau ».
Tous nos efforts pour obtenir les réactions de Barrick sont restés vains.

La rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 27 =