Haut-Uele : « Il faut saluer l’harmonie entre l’assemblée provinciale et l’exécutif que dirige le gouverneur Christophe Baseane Nangaa « , Felicien Nangana.

Se trouvant en mission officielle en territoire de Watsa, Paul-Felicien Nangana, conseiller principal du gouverneur du Haut-Uele en charge de la communication et relations publiques s’est entretenu avec la presse ce vendredi 5 Mars à l’hôtel Rhino Blanc de Durba.

À cette occasion, ce membre du cabinet du gouvernorat du Haut-Uele a abordé sans tabous un certain nombre des points qui font l’actualité politique. Du social à la politique, en passant par l’économie, Paul-Felicien Nangana note que la gouvernance Christophe Baseane Nangaa a de quoi inspirer confiance de la population et présager un avenir meilleur. Il veut pour preuves le fait que la province du Haut-Uele est totalement mis en chantier, témoins : les travaux de réhabilitation des infrastructures routières, des édifices publics qui sortent du sol; la résidence des gouverneurs, les auditoires de l’UniUele, la prison centrale d’Isiro, la salle polyvalente d’Isiro, l’assemblée provinciale,… pour ne citer que ceux-là.

Répondant à une certaine opinion qui accuse l’assemblée provinciale d’entretenir un copinage avec l’exécutif provincial Nangaa, le conseiller principal du gouverneur en charge de la communication se pose des questions sur le bénéfice que la population du Haut-Uele tirerai d’un bras de fer entre les deux institutions. Au contraire, note-t-il, « La parfaite entente entre ces deux grandes institutions provinciales est à saluer et à encourager, car c’est de celà que découle la métamorphose de la province du Haut-Uele à laquelle nous assistons aujourd’hui ».

Par ailleurs, réagissant aux accusations de tribalisme et de la clanisation de l’exécutif provincial, Paul-Felicien Nangana accuse pour sa part les détracteurs du système Christophe Baseane Nangaa d’être dans un combat dont la seule motivation est la survie politique et dénonce en même temps une course maladroite au repositionnement politique.

Antoine Munguetsoni.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 17 =